Le plein format plus piqué que l’APS-C?

Quelques petits tests… Pour répondre à des questions 1000 fois posées et pour lesquelles les chiffres publiés, sur Dxomark ou ailleurs, nous paraissent quelques peu abstraits…

Un appareil plein format produit-il une meilleure image qu’un APS-C* ?

Y a t’il une « grande différence » entre l’image produite par un Full frame et celle d’un APS-C ?

Nikon 35mm AIS F/2
Nikon 35mm AIS F/2

J’ai comparé ce qui me semble être 2 références sur le marché.

Le couple Nikon D7200 avec le plébiscité Sigma 35mm/ 1,4 série Art

et le couple Nikon D600 avec le mythique Nikon 55mm/2,8 Micro AF

Ces 2 appareils sont tous 2 équipés des meilleurs capteurs 24mpix du marché. La perspective et le champ offert par les 2 montures ne sont « pas loin » : Focale 52,5 en equivalent 24×36 pour le premier couple et Focale 55mm pour le deuxième.

 

 

 

 

 

 

Certes, j’en vois qui vont me lyncher car effectivement il y a des limites à la comparaison (la densité des pixels n’est pas la même, les objectifs et le comportement des capteurs sont différents, la profondeur de champ est différente etc.) mais voyons quand même cette comparaison, pour le fun…

Photographie d’une scène en studio à ISO100 sur pied, à la même ouverture ( F/5,6*) à la télécommande et miroir relevé, les mises au point ont été faite au plus juste possible sur les chiffres des résistances. Le fichier Raw de 6000×4000 pixels a été développé sous Camera Raw.

*A cette ouverture nous serions aux performances maximales de ces objectifs, je l’ai testé par ailleurs

Pour la présentation, les images (origine 6000 x 4000 px) ont été fortement recadrées sur leur partie centrale puis affichées ici à 100 %, ,

Il n’y a pas pas de corrections pouvant affecter la netteté des scènes, mis à part un équilibrage de la balance des blanc et de l’exposition car celles-ci varient de manière importantes en fonction des couples ce qui rendait une comparaison moins confortable.

Les résultats :

D600 – Nikon 55 micro AF à f/5.6 

Nikon 2.8/55 Micro AF monté sur Nikon d600
Nikon 2.8/55 Micro AF monté sur Nikon d600

D7200 – Sigma Art 35mm à f/5.6

Sigma Art 35mm /1.8 monté sur D7200
Sigma Art 35mm /1.8 monté sur D7200

Ma conclusion :

*Le propos est de se rendre compte de la différence de « précision » ou d’impression visuelle de netteté entre 2 équipements et à sensibilité nominale (100 iso), sans entrer dans un débat sur les performances des capteurs à d’autres sensibilités ou sur les performances de dynamiques, profondeur de couleurs etc.

Les 2 images obtenues à F/5,6, sont vraiment très proches pour ne pas dire quasi identiques. A vrai dire je m’attendais à une très nette différence en faveur du plein format avec son super objectif, ce qui n’est pas le cas !

En deçà d’une observation du recadrage à 100 % sur un bon écran, il sera difficile de remarquer une différence !

Certes le D600 et son 55 Micro Nikkor est un « chouilla » plus net et précis (le micro contraste de cette optique est extraordinaire), mais comme nous le verrons plus loin dans d’autres tests, il y aura beaucoup plus de différences entre 2 objectifs (l’un excellent et l’autre juste « bon ») sur le même appareil, que de différences justifiées par le passage d’un capteur APS-C au Full Frame, dans les conditions de cette prise de vues.

Bien sûr avant d’acheter un objectif, un choix éclairé sur son pouvoir de définition sera donc essentiel. Vous pouvez aller voir sur www.dxomark.com pour vous forger une idée sur une association boîtier/objectif, à condition d’étudier leurs mesures dans les détails. En effet, leurs mesures semblent être crédibles mais ne focalisez pas sur les notes de synthèse attribuées (Un mélange qui ne veux rien dire et qui n’a rien de scientifique), ni sur des différences de quelques points sur les courbes qui dans la pratique ne se verra pas…

Gardez aussi à l’esprit qu’un objectif mal noté ne sera pas obligatoirement mauvais et que tout dépendra de son utilisation, le choix d’une ouverture de travail adéquate pourra largement impacter cette netteté (douceur à pleine ouverture, manque d’homogénéité, diffraction… les APS-C gorgés de pixels ont une montée rapide de la diffraction).

Le calibrage et la mise au point fine et précise sur LE sujet sera tout aussi déterminant.

Le plein format D600 prendra un avantage qualitatif par rapport au APS-C dans les hautes sensibilité, à partir de 1600 iso, grâce à un grain plus discret et sur certaines images une dynamique plus importante*.. Quant au débat sur l’incidence de la densité, proximité des pixels, mes essais n’ont jamais révélé les limites ou une infériorité flagrante des APS-C à ce propos…

Thierry Navarro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *