Le télémètre, toujours d’actu ?

cours photo melun, paris, le télémètre
cours photo melun, paris, le télémètre

Un instrument optique qui permet la mesure des distances avec une grande précision. Utilisé dans le domaine militaire, et la photographie entre autres…

Il est basé sur un principe de triangulation afin de faire coïncider 2 images. L’une provient d’une visée directe (angle droit du triangle), l’autre provient d’un miroir mobile (angle variable, à partir duquel on va calculer la distance observateur-objet)

cours photo melun, paris, le télémètre
Principe du télémètre

En photographie, les télémètres optiques ont été fabriqués pour les appareils possédant un collimateur de visée, un cadre plus ou moins sophistiqué, mais qui ne permettait pas d’apprécier les distances. Grâce à lui on pouvait « mesurer » la distance appareil photo / objet, et reporter cette distance sur la bague de l’objectif afin d’obtenir une photographie « nette ».

Certains appareils ont eu des télémètres intégrés (Foca, Leica…) qui étaient couplés à la bague des distances de l’objectif (plus besoin de reporter l’indication de la distance sur l’objectif).

Puis les appareil à visée à travers l’objectif (les « reflex ») ont vu le jour. Le photographe pouvait ainsi apprécier « de visu » le réglage de la distance. La mise au point s’effectuait dans ce cas par apparition progressive de la netteté.

La netteté sur un appareil reflex est une notion plus subjective que sur un appareil télémétrique où la mise au point se fait par concordance (superposition) de 2 images.

Le télémètre est le principe de mise au point le plus exact, et d’autant plus précis que la base du télémètre (base du triangle rectangle) est grande.

Beaucoup de télémètres optiques existent encore sur le marché, ceux-ci ont été fabriqués pour la plupart dans les années 1930 – 1950.

Voici quelques modèles …

Aujourd’hui ces appareils ne sont plus fabriqués… Et beaucoup diront qu’on en a plus besoin ! Mais est-ce vraiment le cas ?

Pour la mise au point c’est certain, nos appareils nous permettent d’effectuer assez précisément ce réglage grâce à un viseur lumineux, confortable et à des assistances nombreuses (autofocus bien évidemment). C’est le progrès !

Mais voilà, lorsque l’on veut connaître précisément la profondeur de champ de la scène que l’on veut photographier, çà se complique.

Je vous rappelle que la profondeur de champs dépend de la focale, de l’ouverture et… de la distance appareil/objet.

Un exemple concret : Je photographie mon gamin lors de son spectacle de fin d’année sur scène avec ses copains. Il y a peu de lumière, je monte très très haut dans les ISO, malgré cela ma vitesse reste « limite » avec une ouverture modérée. J’ai pourtant un objectif lumineux (F/1,4)… mais si j’ouvre à fond sans me poser de questions est-ce que la scène sera nette sur toute la profondeur ? Je ne voudrais pas que seule une ligne de bambins soit nette…

J’ai bien mon application de profondeur de champ installée sur mon smartphone mais comment savoir à quelle distance je suis de la scène ? Sur mon objectif, rien ou très très vague (genre une graduation à 2m, puis l’autre c’est l’infini!).

…Bon, on va pas chipoter, elle est à env. 20M cette scène ! Çà me fait 4m de profondeur de champ à f/1,4 sur mon 50mm. C’est déjà pas énorme.

Mais si je me trompe et qu’elle est à 14m ma scène, j’aurais dans ce cas moins de 2m de profondeur de champ et là… c’est la cata !

Je voudrais bien fermer d’un cran ou 2 pour « assurer » mais voilà je suis déjà très haut en ISO et très bas en vitesse. Je peux pas me payer le luxe de gâcher…

Dans ce cas, comme dans de nombreux autres où l’on veut contrôler précisément sa profondeur de champ (c’est quand même un minimum pour un photographe!), on appréciera d’avoir dans sa poche un petit objet nous permettant la mesure des distances : Le fameux télémètre !

Mieux, on peut même l’installer sur la griffe de notre super appareil high tech conçu par des gens qui n’ont pas jugé utile de fournir cette indication aux photographes.

Pourtant tous nos appareils autofocus connaissent avec exactitude les distances (le nombre de « pas » sur la rampe hélicoïdale des objectifs AF). Plus fort, quelquefois cette indication apparaît même dans les données Exif de votre photo !

cours photo melun, paris, le télémètre

C’est quand même crétin non ? de n’avoir pas pensé à relayer dans le viseur ou, au minimum sur un écran de contrôle, cette indication pour le moins essentielle lorsque l’on souhaite faire de la photographie.

Certaines initiatives, chez le fabricant Fuji, méritent d’être saluées. Non seulement cette indication de distance arrive dans le viseur mais en plus on l’accompagne d’un index de profondeur de champ.

Voilà des gens intelligents ! Un petit bémol quand même, la profondeur de champ étant une notion subjective (voir mon article sur le sujet, par ici !) les utilisateurs avancés aimeraient bien pouvoir la paramétrer plus finement .

Voici ce que l’on voit dans le viseur d’un fuji X-pro2, que ce soit en visée optique ou en visée électronique un beau rappel de notre « zone de netteté » (en blanc sur bleu).

Viseur télémètre fuji X-pro2 cours photo Melun mon-cours-photo.fr

Je rêve d’un reflex numérique conçu par des vrais photographes avec un vrai contrôle numérique de la profondeur de champ. Paramétrable par le diamètre de cercle de confusion que l’on souhaite en fonction de ses exigences… en somme comme n’importe quelle banale application DOF gratuite sur smartphone…

Et ceci dans le viseur, comme chez fuji… Quitte à sacrifier par exemple l’indication du D-lighting (fort utile chez Nikon!?)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *